Neutralité du Net: faites vous entendre!

•2010/09/26 • 1 Comment

[tweetmeme source=”journalduhack” only_single=false]

Oui, si on vous donne la parole, prenez la! Ainsi, j’ai appris sur cet article de la Quadrature du Net que nous, citoyens Européens, pouvons nous exprimer sur la question. Dans ce billet, tout se qui provient de l’article de l’article de la Quadrature est en italique (citations et extraits).

Faites entendre votre voix en répondant à la consultation publique de la Commission européenne sur la Neutralité du Net ! Plus les citoyens et les ONG répondront à ce questionnaire, plus nous aurons de chance de peser collectivement sur les politiques européennes, pour faire en sorte qu’Internet reste une architecture communicationnelle libre et ouverte. Vous avez jusqu’au 30 septembre pour envoyer votre réponse et demander à la Commission de protéger Internet.

~

Comment?

Bien grâce à la mise à disposition de ce questionnaire (en anglais)

les grands opérateurs télécoms et les lobbies du droit d’auteur sont main dans la main pour mettre un terme à la neutralité du Net

Pour que les décideurs n’aient pas que une opinion orienté business, vous pouvez leur apporter votre point de vue

~

Comment répondre au questionnaire ?

*Vous pouvez répondre aux questions de votre choix, vous n’êtes pas obligés de répondre à tout le questionnaire.
*Vous pouvez écrire dans la langue qui vous convient le mieux. Toutes les langues parlées dans l’Union européenne sont acceptées.
*Il n’y a aucune obligation concernant la longueur du document. Vous pouvez écrire cinquante pages, ou n’en écrire qu’une.

~

Où trouver les ressources pertinentes pour rédiger vos réponses ?

Voici quelques ressources et quelques informations de fond pour vous aider à rédiger vos réponses à la Commission :
*Le dossier de La Quadrature sur la neutralité du Net
*Le rapport (en anglais) sur la protection de la neutralité du Net en Europe, publié l’automne dernier pendant les débats sur le Paquet Télécom
*Les réponses (en anglais) à l’étude werebuild.eu sur l’Internet ouvert
*L’article (en anglais) « Il est crucial de sauver la neutralité du Net ! »
*Le rapport : « Garantir la neutralité du Net »
*La Quadrature du Net publiera sa réponse quand elle l’aura rendue, et invite tous les citoyens et les ONG à faire de même

Plus d’infos?

De plus amples informations sur le sujet sont disponibles sur Internet. En particulier sur les sites d’organisations telles que Free Press, Public Knowledge ou l’EFF qui ont abondamment traité ce sujet aux États Unis.

ATTENTION: vous n’avez plus que 4 jours pour y répondre! (fin le jeudi 30 septembre)
Envoyez vos réponses à:     INFSO-NETNEUTRALITY(at)ec.europa.eu

N’attendez pas la dernière minute pour répondre!

~

Voici la liste des 15 questions de ce document PDF auquelles vous pouvez répondre:

Question 1: Is there currently a problem of net neutrality and the openness of the internet in Europe? If so, illustrate with concrete examples. Where are the bottlenecks, if any? Is the problem such that it cannot be solved by the existing degree of competition in fixed and mobile access markets?

Question 2: How might problems arise in future? Could these emerge in other parts of the internet value chain? What would the causes be?

Question 3: Is the regulatory framework capable of dealing with the issues identified, including in relation to monitoring/assessment and subsequent enforcement?

Question 4: To what extent is traffic management necessary from an operators’ point of view? How is it carried out in practice? What technologies are used to carry out such traffic management?

Question 5: To what extent will net neutrality concerns be allayed by the provision of transparent information to end users, which distinguishes between managed services on the one hand and services offering access to the public internet on a ‘best efforts’ basis, on the other?

Question 6: Should the principles governing traffic management be the same for fixed and mobile networks?

Question 7: What other forms of prioritisation are taking place? Do content and application providers also try to prioritise their services? If so, how – and how does this prioritisation affect other players in the value chain?

Question 8: In the case of managed services, should the same quality of service conditions and parameters be available to all content/application/online service providers which are in the same situation? May exclusive agreements between network operators and content/application/online service providers create problems for achieving that objective?

Question 9: If the objective referred to in Question 8 is retained, are additional measures needed to achieve it? If so, should such measures have a voluntary nature (such as, for example, an industry code of conduct) or a regulatory one?

Question 10: Are the commercial arrangements that currently govern the provision of access to the internet adequate, in order to ensure that the internet remains open and that infrastructure investment is maintained? If not, how should they change?

Question 11: What instances could trigger intervention by national regulatory authorities in setting minimum quality of service requirements on an undertaking or undertakings providing public communications services?

Question 12: How should quality of service requirements be determined, and how could they be monitored?

Question 13: In the case where NRAs find it necessary to intervene to impose minimum quality of service requirements, what form should they take, and to what extent should there be co-operation between NRAs to arrive at a common approach?

Question 14: What should transparency for consumers consist of? Should the standards currently applied be further improved?

Question 15: Besides the traffic management issues discussed above, are there any other concerns affecting freedom of expression, media pluralism and cultural diversity on the internet? If so, what further measures would be needed to safeguard those values?

~

Pour vous faciliter la vie, j’ai prie l’initiative de proposer une traduction Française. Mais dans votre réponse (vous pouvez répondre en Français), je vous recommande plutôt d’y adjoindre les questions correspondantes en anglais (je ne suis déjà pas une flèche en Français, alors faire de la traduction dans cette langue ouch ^^).

Question 1: Présentement, est-ce-qu’il y a un problème de neutralité des réseaux et d’ouverture de l’internet en Europe? Si c’est oui, illustrez par des exemples concrets. Où sont les restrictions, s’il y en a? Est-ce-que le problème pourrait être résolu par la de concurrence dans le marché de l’accès [internet] fixe et mobile?

Question 2: Comment pourraient se poser les problèmes dans l’avenir? Pourraient-ils émerger dans d’autres endroits du réseau Internet? Quelles en seraient les causes?

Question 3: Est-ce que le cadre réglementaire serait capable de résoudre les problèmes identifiés, notamment en matière de surveillance / bilan de mise en application ultérieure?

Question 4: Dans quelle ampleur (mesure et importance) la gestion du trafic est-elle nécessaire du point de vue de l’opérateur ? Comment est-ce réalisé dans la pratique? Quelles technologies sont utilisées pour procéder à cette gestion du trafic?

Question 5: Dans quelle ampleur (mesure et importance) les préoccupations des utilisateurs finaux, qui font la distinction entre d’une part les services de gestion et d’autre part les services offrant un accès à l’Internet public sur la base du «meilleur effort» via services de gestion, sur la neutralité du net seront apaisées par la mise à disposions d’informations et d’une politique de transparence?

Question 6: Est-ce-que les principes qui régissent la gestion du trafic sur les réseaux fixes et mobiles doivent être les mêmes?

Question 7: Quelles autres formes de priorités y-a-t-il? Est-ce que les fournisseurs de contenu et éditeurs d’application essayent d’établir des priorité dans leur réseau? Si oui, comment? et comment ces priorités affectent les autres personnes dans le réseau ?

Question 8: Dans un contexte de service de gestion, est-ce-que les mêmes conditions de qualité de services, et paramètres (options) doivent être valables pour tous les contenu / applications / services en ligne et fournis dans la même situation? Est-ce-que l’existence d’accords d’exclusivité entre opérateurs et fournisseurs de contenus / d’application / de service en ligne peut nuire l’accomplissement de cet objectif?

Question 9: Si l’objectif visé à la question 8 est retenu, est-ce-que des mesures supplémentaires sont nécessaires pour y parvenir? Si c’est le cas, ces mesures devraient avoir un caractère volontaire (comme, par exemple, un code de conduite pour l’industrie) ou une réglementation?

Question 10: Est-ce que les accords commerciaux (contrats) qui régissent actuellement l’accès à Internet sont suffisants dans le but d’assurer que l’Internet demeure ouvert et que les investissements d’infrastructure le maintiennent? Sinon, comment devraient-ils changer [ces accords commerciaux]?

Question 11: Quelles instances pourraient déclencher l’intervention des autorités réglementaires nationales pour l’application d’une qualité minimale de service sur ces promesses ou les promesses fournissant un service de communications public?

Question 12: Comment déterminer ces exigences de qualité de service, et comment pourraient-elles être contrôlées?

Question 13: Dans le cas où les Autorité de Régulation Nationales (ARN) jugent nécessaire d’intervenir pour imposer un service de qualité minimum, quelle forme devrait-ils prendre, et dans quelle mesure doit-il y avoir coopération entre les ARN pour arriver à une approche commune?

Question 14: En quoi doit consister la transparence pour les consommateurs? Est-ce-que les normes (standards) actuellement appliquées doivent encore être améliorées?

Question 15: En plus des problèmes de gestion du trafic mentionné ci-dessus, avez-vous d’autres préoccupations touchant à la liberté d’expression, diversité culturelle et le pluralisme des médias sur Internet? Si oui, quelles mesures supplémentaires seraient nécessaires pour préserver ces valeurs?

~

Source et image: La Quadrature du Net. Si dans 10 ans la neutralité du net est un concept qui existe encore, se sera grâce à ces cinq gus 😉

EDIT: des corrections orthographique sous les bons conseils de @Ravaged_, merci à lui ^^

LOPPSI a fait sa rentrée, que retenir?

•2010/09/26 • Leave a Comment

[tweetmeme source=”journalduhack” only_single=false]

Avertissement: LOPPSI est passé en V1 à l’assemblée et au Sénat. Elle retourne à l’assemblée le 29 septembre. Tout espoir est-il perdu?

~

LOPPSI? Kézako?

Alors, merci a Wikipedia de m’épargner de longues heures de recherches; Voici se qui en ressort (les citation de Wikipedia sont en italique):
*LOPPSI comme “Loi d’Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure”
*But: “Le texte de loi comporte quarante-huit articles relatifs en particulier à la lutte contre la délinquance routière et la “cyber-pédopornographie” ou encore l’instauration d’un couvre-feu pour les mineurs. Il donne également de nouveaux pouvoirs à la police et prévoit d’en déléguer aux polices municipales et aux entreprises de sécurité privée.
*Risques / dérives vis-à-vis du Web (il y en a d’autres pour les autres domaines, mais ce blog est déjà assez bordélique comme ça):

Problèmes de sécurité liés au mouchard:
Le projet de loi n’explique pas ce que seront exactement les moyens techniques pour recueillir les données. Mais le FBI a déjà utilisé des programmes qui espionnent les frappes de touches, tel que Magic Lantern, utilisant les techniques des pirates informatiques pour l’installer dans l’ordinateur ciblé. L’utilisation de tels programmes pour ne pas être détectés nécessite la coopération des sociétés éditant les antivirus. Certains experts en sécurité11 redoutent que des pirates développent des programmes malicieux se faisant passer pour le logiciel du FBI.

Filtrage:
Selon La Quadrature du net, les dispositifs de filtrage portent une atteinte grave à la neutralité du réseau.
Toutes les technologies de filtrage sont inefficaces et facilement contournables.
Les moyens de lutter contre la pédopornographie existent déjà et sont principalement humains qui permettent d’ordonner le retrait des contenus et d’arrêter les individus qui les créent. Des accords internationaux de coopération entre services de police et de justice existent déjà pour faire retirer le contenu quel que soit le pays où sont localisés les serveurs.
Le filtrage des contenus sur Internet par voie administrative est la porte ouverte à des erreurs et à la censure, comme le démontrent les expériences catastrophiques en Finlande et en Australie. Le gouvernement australien a renoncé à un tel dispositif : 32% des sites filtrés étaient des contenus à caractère pédopornographique et les 68% restant comprenaient notamment des sites anti-filtrage et anti-censure.
Selon le rapport « Le commerce de la pédopornographie sur Internet de 2000 à 2010 », le filtrage favorisera les « professionnels de la distribution qui, eux, ont mis au point depuis longtemps des dispositifs technologiques et marketing parfaitement à l’abri [de ce] filtrage »:
« Au final, des sommes astronomiques vont être dépensées sans apporter l’ombre d’une solution au problème de la pédophilie. »

Pour plus d’infos sur les risques de la LOPPSI je vous renvoie sur la page consacré sur le site de la Quadrature du Net aux ancres filtrage du web et neutralité du net.

~

Partie I: pendant les vacances

Bien, quand le loup n’est pas là, on en parle peu.
Analyse des amendements 3, 4, et 16 chez PC Inpact.

Amendement 3: “alourdir les peines encourues pour certains délits prévus par le code de la propriété intellectuelle lorsqu’ils sont commis sur Internet en leur appliquant le régime des délits commis en bande organisée
Amendement 4: “c’est une autorité administrative qui sera chargée d’ordonner le blocage des sites présentant un caractère « manifestement » pédopornographique, non un juge.” (autant dire que le risque de dérives et important).
Amendement 16: faciliter l’installation de la vidéo-surveillance (j’ajoute que la vidéo-surveillance est un marché lucratif pour quelques boites, mais que la constatation de baisse de délinquance (but affiché de la vidéo-surveillance) est un point de vu relatif).

Extrait audio très intéressant sur France Inter:
Déjà le choix des mots, pour transformer “vidéo-surveillance” en “vidéo-protection” (cf la rubrique de PostCarbonne ici)
Ensuite, le fait que le filtrage serait inefficace et dangereux: facile à contourner, illusion de résoudre le problème de la pédopornographie en le passant sous silence. Et risque de bloquer des centaines de sites légitimes / innocents en voulant bloquer un site pédopornographique.
Enfin le croisement des fichiers de police, sachant que certains ne sont pas fiables.

Dernier lien vers cet article de PC INpact La Loppsi au Sénat le 7 septembre, le filtrage toujours en question

~

Partie II: La rentrée à l’assemblée…

Mise en bouche avec Le Sénat se penche sur la Loppsi 2, hétéroclite fourre-tout législatif de Le Monde.fr qui revient (et critique) l’ensemble de la loi et avec La LOPPSI discutée au Sénat : les articles à suivre de PC INpact plus centré sur le blocage des téléphones mobiles, les mouchards policiers (art. 23), le filtrage des sites à caractère manifestement pédopornographique (art. 4), le délit d’usurpation d’identité (art. 2) et le fichier d’analyse sérielle (art. 10). On note aussi dans cet article que blocage de sites caractère manifestement pédopornographique et sites illégaux de musique sont deux concepts pas très lointains selon certains. C’est vrai que légiférer sur la revente des billet de concert entre les cameras de surveillance et les mouchards il faut le faire.

Les blogueurs se penchent sur le sujet, BlueTouff, sensible au filtrage (de surcroit sans intervention d’un juge), en vient “presque à espérer que la LOPPSI passe dans sa version la plus hardcore pour assister à la boucherie de la mise en application“.
S’en suit Owni.fr avec La LOPPSI Kiffe Grave Les Nouvelles Technologies. Analyse des outils de la LOPPSI et leurs coûts. Extrait:

Au total, ce sont donc au moins quelques 631 millions d’euros qui seront investis, dans les cinq prochaines années, en technologies et équipements de contrôle, de surveillance et de maintien de l’ordre. “Au moins” parce que […] on ne sait pas non plus encore combien coûteront les caméras de vidéosurveillance imposées par les préfets dans les mairies récalcitrantes, pas plus que le filtrage de l’internet, l’allongement de la durée des écoutes téléphoniques, les mouchards informatiques, etc“. (j’ajoute: il y a des gouvernements qui ne connaissent pas la crise; pour fiancer ça je pense qu’il faut la retraite à 80 ans direct).

Retour aux débat parlementaire et à plusieurs amendements du gouvernement écartés en commission… Mais ces deux amendements non voté ne touche pas le web (ils étaient relatif aux “violences aggravées” et la “comparution immédiate pour les mineurs délinquants sans passer par le juge des enfants”)

Alors que le ministre de l’intérieur ne manque pas de choisir les mauvais exemples pour le filtrage, l’Expresse publie: “Loppsi 2: “Les dictateurs en ont rêvé, Sarkozy l’a fait”“. Dommage que les JT de 20h n’aient pas ouvert leur show sur cette phrase.

Extrait du site Loppsi.fr (portail temps-réel de l’actualité politique Française sur ce sujet)
Pour limiter l’espace de liberté qu’est Internet, il faut contrôler. Mais comment arriver à réduire à néant un espace de liberté sans avoir de contestation? C’est tout simple, grâce aux pédophiles“.

~

Partie III: … et au sénat

Triste jour bis pour notre démocratie: le filtrage sans contrôle judiciaire adopté au Sénat le 8 septembre, et l’intégralité du texte le 13 septembre. Il repassera cependant à l’assemblée pour valider les nouvelles dispositions (ping pong démocratique louable, mais qui sera malheureusement sans surprise). Se sera le 29 septembre. Encore un débat sur le filtrage du web:

Extrait LOPPSI Version 1 à l’assemblée nationale: “le juge donne son accord (ou non) au blocage des sites pédopornographiques
Extrait LOPPSI Version 1 au sénat: “l’autorité administrative fait bloquer les sites manifestement pédopornographiques. L’autorité administrative peut saisir le juge pour faire bloquer les sites qui n’ont pas ce caractère manifeste
(autant dire un gros risque de censure, parmi nos sénateurs qui ont tous plus de 30 ans, peu doivent avoir internet, ou comprendre son fonctionnement)

Ce problème inquiet le député Lionel Tardy, seul espoir qu’il nous reste. Il s’était bien battu face à HADOPI, mais en vain.

En plus des blogs, des sites spécialisé, c’est aussi Reporters Sans Frontières qui critique vivement ce filtrage du net. En effet selon eux, filtrer “n’aura aucun effet sur la source du problème“.

Enfin, un (une) sénatrice a conscience du danger mais a apparemment du mal à faire passer le message. Pour en savoir plus lisez la Sénatrice Virginie Klès: “le blocage est inefficace et dangereux” sur Owni (interview).

~

Je conclurais ce billet sur ceci: internet et un écosystème qui s’auto régule très bien tout seul. Tout ce que les politiques feront à son encontre déséquilibrerait cet écosystème et les conséquences seraient lourde pour tout les internautes.
Et message aux politiques: si j’avais envie de me faire fliquer et me faire violer ma vie privée, je la déballerais sur FaceBook. Ce n’est pas le cas alors fichez-moi la paix.

image

Neutralité du Net: ouvrons l’oeil

•2010/09/25 • 4 Comments

[tweetmeme source=”journalduhack” only_single=false]

Petit rappel:

la neutralité du net (ou “Net Neutrality”) c’est selon Benjamin Bayart sur Wikipedia quatre principes essentiel:

Transmission des données par les opérateurs sans en examiner le contenu ;
Transmission des données sans prise en compte de la source ou de la destination des données ;
Transmission des données sans privilégier un protocole de communication ;
Transmission des données sans en altérer le contenu.

*C’est important?
Oui. Car si le net n’était pas été neutre, aucune start-up n’aurait put en émerger.
*Faut-il le préserver?
Oui. Sinon le net deviendrait statique, au service de grands groupes qui hier n’auraient pu émerger sans cette neutralité du net (Google, Youtube (racheté par google) par exemple).
*Où est le problème?
C’est que fournisseur d’accès deviennent peu à peu fournisseur de contenu (Free / Orange par exemple) et que créer des priorités dans le réseaux / bloquer des concurrents arrangerait leur business
*Et si la neutralité du net mourait?
Bien il y a fort a parier que sur le court terme, ceux qui auraient participé à sa mort s’enrichiraient, mais à long terme certain en seraient eux-même victime (effet boomerang). Enfin tout les internautes seront perdants.

Pour se qui est de l’effet boomerang, Mr Epelboin a écrit un article très intéressant sur la neutralité des terminaux que je vous encourage à lire.

Ceux qui disent “oui, le neutralité du net est en péril, mais surtout l’internet mobile donc on s’en fou”, je répond NON: il y a un internet, un seul est unique (enfin un internet mondial et un internet Chinois). Et demain, on ne sait pas quel sera le principal moyen de consommation de l’internet: en fixe, ou en mobile. Tuer la neutralité du net mobile aujourd’hui c’est tuer tout l’internet de demain.

~

Origine du débat: accords suspects entre Google et Verizon

Le net c’est vite enflammé cet été autour du sujet. J’ai d’ailleurs fait du billet là dessus:
Neutralité du Net… Qui veut sa mort?
Neutralité du Net: les FAI sous pression

Google a tenté de se raccrocher aux branches mais trop tard. Alors que les associations d’ayants-droit américaines réintroduisent le copyright dans le débat sur la neutralité du Net (en souhaitant s’assurer de l’importance de la distinction entre contenus légaux et illégaux dans la proposition Google / Verizon), moi je me pose des questions: qui définirait cette légalité? Qui le contrôlerait? En effet des sites d’informations sensible comme wikileaks pourraient vite devenir illégale. Un service comme YouTube ne pourrait plus naître dans un net sur-contrôlé.

~

Une loi en discussion en France…

Tandis qu’aux USA des élus s’engagent en faveur de la neutralité du net, en France nos gouvernants semblent écouter les lobbies pour leur projet de loi. Une consultation est en cours; Problème, les mots “Neutralité du net” n’y sont pas. Par contre on y croise du “internet ouvert”. Ces deux mots sont des mots de fournisseurs de contenu, ces la même qui seraient pour l’arrêt du principe de neutralité. De quoi avoir peur.

Pour garantir la neutralité du net, pas besoin d’une grosse loi: il suffirait d’obliger législativement les quatre point clé de Mr Bayart cités plus haut.
Interdire au fournisseur d’accès d’être fournisseur de contenu serait une garantie supplémentaire, mais trop contraignante je pense.

Selon un article récent d’Owni la loi n’est pas une priorité. Restons alerte, j’ai le sentiment qu’on va se faire enfler dans pas longtemps.

~

Des peurs en France:

*Est-ce que Free bride certain sites de streaming et le DDL? C’est se que pensent certain Freenautes. Parano ou mort de la Neutralité du Net?
*Les fournisseurs d’accès de téléphone (et internet) mobile commencent à mettre en mal la neutralité du net. C’est le cas avec M6 mobile avec une offre ou internet illimité n’est valide que pour les sites “Facebook, Twitter et MySpace. Autant dire que en cas de dérive, d’ici un an, la naissance d’un réseaux social est quasi impossible, même s’il est mieux que les concurrents existants.
*Orange, qui donne un aperçu de l’internet sans neutralité du net avec ses offres musiques. (ça relance la question: “faut-il interdire aux fournisseurs de contenu d’être des fournisseurs d’accès”)

~

Read Write Web, le site qui veille pour nous!

Fabrice Epelboin a écrit cet été quatre articles sur le sujet (en plus de ceux déjà cités sur la neutralité des terminaux, et la neutralité par Orange) que je vous recommande fortement:
*A Hollywood, ayants droits et créateurs s’opposent au sujet de la neutralité du net
*Neutralité du net et internet sans fil : c’est possible
*Une autre proposition de législation sur la neutralité du net rédigée par des industriels serait en préparation
*Neutralité du net : le feuilleton de l’été et le cauchemar de l’Assemblée

~

images: La Quadrature du Net et flickr.

ACTA: rendez-vous au Japon

•2010/09/25 • Leave a Comment

[tweetmeme source=”journalduhack” only_single=false]

L’ACTA est un monstre bien plus dangereux que la HADOPI. Mais, en France, on en entant assez peut parler car:
-HADOPI monopolise le débat sur le sujet
-ACTA est négocier dans le secret
-loin de yeux, loin du cœur.

Mais, soyons franc, HADOPI ne pourra pas faire grand mal en son état actuel (prouver que l’on a pas fait quelque chose qui n’est pas définit dans la loi: loul), HADOPI au mieux enverra un millier d’e-mail pour plusieurs milliers d’euro et trois ans de parcours chaotique.

L’ACTA ce n’est pas la même: blocage de site en masse à la LOPPSI, filtrage et… contrôle de la distribution des médicaments.

Après l’adoption de la déclaration écrite 12 on avait eu de l’espoir, mais tout c’est effondré avec l’adoption du rapport Gallo.

~

L’ACTA risque d’être conclu au japon, pays souhaitant la transparence (mais trop tard, on ne saura rien)

La Quadrature du Net nous offre un billet pour nous préparer à ce jour: ACTA : Game Over?
Extraits:
Le texte, bientôt finalisé, constitue une menace alarmante pour les libertés fondamentales sur Internet, et pourrait mener à la généralisation des processus de gouvernance anti-démocratiques
Jérémie Zimmermann: “L’ACTA crée les conditions de la mise en place d’une police et d’une justice privées du copyright sur Internet, niant ainsi le droit à un procès équitable. De telles dispositions affecteront inévitablement la liberté d’expression et la protection de la vie privée

Oui, l’ACTA, pour le bien commun, doit être rejeté. Mais ça ne dépend plus de nous. C’est au puissants alliés aux lobbies de décider si ils adopteront leur texte, ou pas.

~

Finissons sur une note d’humour, un détournement de RoboCop sur l’ACTA (via la Quadrature du Net).

~

lien à voir: la déclaration écrite 12.

image.

Bon WE à tous, à lundi pour la rentrée HADOPI!

•2010/09/25 • Leave a Comment

[tweetmeme source=”journalduhack” only_single=false]

Oui le site le de Haute Autorité de Censure et Contrôle du Web (en gros) pourrait lancer son site lundi prochain (pourrait). En attendant voici les news que vous avez ou pas loupé de ces deux derniers jours.

~

HADOPI + DDoS = mauvaise idée

Inévitable malgré la mise en grade de Skalp de PlugnGeek, un appel au DDoS du site de la HADOPI a été lancé sur The Pirate Bay. C’est ReadWriteWeb qui fait écho de cet “appel aux armes”.
Problèmes: E. Walter, secrétaire de la HADOPI a prévenu qu’il n’y avait aucune protection face au DDoS sur ledit site. Ça parait comme une provocation, une invitation à l’attaque, alors pourquoi Mr Walter a-t-il dit ça?
-car ceux qui attaquent ne pourront que se dire “à combattre sans périls on vainc sans gloire”
-car qu’il le dise ou pas, que TPB appel au combat ou pas, des petits malins vont s’amuser à attaquer en DDoS (outil simple et peu couteux en création, mise en place et utilisation). Cet avertissement sert à justifier les nombreuses panne que subira hadopi.fr lors de son lancement (pannes dû au DDoS ou autres cf france.fr)
-car une fois le site HS, ils pourront dire au gens non technophiles: “regardez ces méchants pirates qui volent nos artistes, en plus ils attaquent les sites qui les protège” se qui, bien sur, nous le savons, est au moins un double mensonge, mais, la ménagère de moins de 50 ans qui regarde TF1 pensera que son fils adoré (qui lui télécharges divers trucs) fait aussi parti de ces pirates attaqueurs de sites: l’amalgame est facile. La HADOPI est forte en communication (même si avec nous ça ne prend pas) et en mensonges (enfin, détournement de la réalité, plus ou moins pareil).

Bien sur je sais que le site va quand même tomber dans les minutes qui vont suivre sa mise en ligne. Inévitable. Mais sachons que ça ne servira pas notre cause. Tentons de nous montrer plus malins que la HADOPI.

Autres billets / articles appelant à renoncer au DDoS contre HADOPI:
BlueTouff: “très réservé sur le bien fondé de ce raid“, “j’ai l’impression qu’on se trompe de cible. Ce sont les ayants droit qui sont la cause du bridage de l’Internet, la HADOPI est une émanation de leur lobbying et ce serait donner ici à l’Autorité un argument de plus pour clore tout dialogue et de se lancer dans une application aussi stricte qu’absurde de la loi
Paul Da Silva: “nous abaisser à leur niveau par un DDOS qui ne prouverait rien et ne ferait que les conforter dans l’idée que nous sommes de sales pirates tout juste bons à casser / piller / violer madame Michu !
Le Pari Pirate: “Nous ne cautionnons pas ces attaques vaines et contre-productives, qui amènent de l’eau au moulin de nos adversaires, qui stigmatisent déjà les internautes et les criminalisent

(Avant publication: DDoS annoncée sur un site pas encore site pas encore publié… Donc confirmation que le DDoS est quasi inévitable mais sachons qu’elle ne plaidera pas en notre cause)

~

Courage HADOPI, demandes aux autres de faire ton sale boulot!

La HADOPI se montre lâche au point de confier l’envoie des e-mail d’avertissements aux FAI. Question: depuis quand un fournisseur de services est-il obligé de faire le travail des RG (identification IP / internaute) et le boulot de la post (envoie de messages). Et les recommandés, c’est aussi aux FAI de les envoyer et les payer? Trait d’humour à part, si tout le sale boulot de la HADOPI est délégué à d’autres, bien la HADOPI, elle, elle fera quoi?
Et surtout: ces envoies coutent du temps, des ressource matérielles et humaine, donc du pognions. Qui va payer, les FAI de leur propres poches? La HADOPI?

Même si ils se tapent le sale boulot, on se pose des questions. Free (et Alice) lance une hotline (qui pourrait devenir payante) pour répondre aux question de leurs clients sur la HADOPI.

~

Concept anti-HADOPI ou dérive commercial de celle-ci?

Apiadopi Groupe se met au trile play: Trois nouveaux sites.
1 → sos-hadopi.fr/: promet de protéger contre la HADOPI, service payant (1 euro 50 par mois pour les particulers) l’offre comprend:
# Un réseau d’avocats à votre service gratuitement.
# Une assistance dès le 1er mail d’avertissement.
# Des conseils techniques pour sécuriser votre connexion

(mon avis: ok pour les avocats, l’assistance, mais la sécurisation de votre connexion est une fumisterie (cf plus bas, un truc un python))
2 → Le Blog sos-hadopi.fr se dit “dédié plus particulièrement aux nouvelles technologies et aux rapports qu’elles entretiennent avec les faits politiques et économiques, aura pour objet de contribuer modestement au débat sur les libertés numériques et les enjeux qui en découlent, le tout dans la joie et la bonne humeur.
(s’il y a de bons article de fond je me manquerais pas de vous rediriger dessus)
3 → offreslegalesetethiques.fr, label de distribution de contenu. Pour l’obtenir il faut s’engager à:
* Respecter les règlementations en vigueur concernant les droits d’auteurs et droits voisins,
* Promouvoir des modèles de redistribution favorables aux créateurs,
* Investir pour l’expression et l’émergence de nouveaux talents,
* Participer au développement de la culture libre.

(bonne initiative, mais arriver à percer au milieux des lobbies déjà en place risque malheureusement d’être impossible vu les pressions auquel ils ont accès).

Question que je vous pose: êtes vous prêt a payer ces 1,50 euro par mois pour ce service? Sinon gratuit: les types de lettres de contestation contre la HADOPI.

~

FDN se défend face à la député Muriel Marland-Militello

Dans ce billet ladite député a accusé à tord FDN de défendre les pirates. Ce qui est faux bien sur. Mais l’amalgame est facile:
“Pirates = méchants”, alors il faut modifier la loi pour tous dans le but (officiel) de tenter l’arrêt du piratage (se qui sera un échec et se soldera simplement par une atteinte des libertés de tout les internautes). Mais, certain comme FDN, osent se lever pour dénoncer ces atteintes à nos droits et libertés… Alors les politiques accusent à tords ces défenseurs de jouer dans la cours des pirates pour les discréditer, et passer plus facilement ces lois.
Ce billet est court et mérite d’être lu pour admirer les raccourcis et amalgames. Je me permet de commenter deux trois extraits:
Je vois dans ces recours [de FDN, ndb] de grossières tentatives de freiner la lutte contre le piratage des œuvres culturelles que mène l’HADOPI par la volonté du législateur” → faux, FDN veillait au respect de la loi et des procédures légales qui n’ont pas été suivies.
le piratage est injuste et dangereux” → l’offre légale est-elle juste?
il est également normal que la propriété intellectuelle soit protégée, y compris sur Internet.” → absolument d’accord, alors défendez les créateurs de contenu plutôt que les distributeurs, devenu inutiles dans le modèle internet, qui les exploitent.
L’HADOPI contribue à développer un Internet civilisé, respectueux des libertés et des droits et devoirs de chacun.” → une fois l’internet coupé pour “négligence caractérisé de sécurisation de nos lignes internet”, sans avoir pu nous défendre, où seront nos présomption d’innocence, droit à l’information, liberté d’expression? Où madame?
L’HADOPI contribue de la même manière au développement de l’offre légale, qui est l’une clé essentielle de la réussite de la lutte contre le piratage” → LOL.
pirater c’est du vol” non c’est au mieux de la contrefaçon (enfin de nous deux ce n’est pas moi le spécialisé juridique)
Je m’arrête là, mais nous avons le profile typique d’un politique qui agit dans l’intérêt des ayants droit (et pas des créateurs de contenu), prêt a vendre les droits et libertés des citoyens en collant le label “c’est pour votre bien” dessus. Enfin voyez ceci.

Heureusement FDN (le plus ancien FAI associatif français, French Data Network) c’est défendu dans ce billet. Plus long mais il mérite d’être lu, lui aussi, mais Benjamin Bayart (président de FDN) explique, en quoi selon eux, elle se trompe en trois points:
*L’injure et la diffamation ne sont pas des méthodes
*Sur la défense du partage d’œuvres culturelles
*Une grossière erreur sur la grossièreté
J’espère que la député l’aura lu pour qu’elle puisse comprendre ses erreurs (que d’attentes illusoire j’ai envers un politique).

~

HADOPI: divers

Basé sur le principe de DDL (je préviens je ne suis pas fan du DDL du tout) Mulve permet de télécharger des trucs (je n’ia pas encore testé et ne pense pas le faire). Basé sur du DDL donc HADOPI ne peut absolument pas détecter le téléchargement via ce soft. Pensez à prendre un bon anti-virus quand même!
Si vous souhaitez échanger des données pensez plutôt au P2P, même s’il est plus risqué (enfin un VPN ou un proxy c’est simple et efficace): l’intelligence est alors à la périphérie du réseaux. Et a part de la pub sur la page d’un site qui index les fichiers torrent bien il n’y pas pas de commerce derrière.

Après l’outil de DDL (pas bien) pour Windob (grumpf) voici un outil présenté par Korben sur son blog: wifite. Programme python (donc pour Linux, youhou ^^) qui permet de:
*repérer le réseaux proche le plus puissant
*trouver son mot de passe WEP /WPA
*plein d’autres fonctions
Mais déjà les deux premières remettent en question une des questions centrale de la HADOPI: délit de négligence caractérisé de sécurisation de votre ligne internet.
Voici le lien pour le tester vite fait, par contre, petit conseil, arrêtez vous au proof of concept pour tester votre ligne ^^

Convention HADOPI / FAI? Et bien, là où les grosses annonces “HADOPI est là bande de sales pirates” nous on ne l’a toujours pas vu! Cette convention permettrait l’identification massive des internautes; avant sa conclusion bien pas de machinerie HADOPI à terreur

Ensuite on relance de débat de “HADOPI, projet de protection de la propriété intellectuelle où surveillance du net?” (et de filtrage). On un énième argument en faveur de l’hypothèse 2 avec une présidente de la CPD (commission de protection des droits) de la HADOPI qui est une “sage” de la vidéosuveillance: Mireille Imbert-Quaretta. Bon CV: non respect des lois pour l’installation de caméra de vidéo surveillance entre autre. Étrangement la nomination de MF Marais à la tête de la HADOPI était une bonne nouvelle car ce poste lui interdit en théorie “de juger les affaires liées à Internet à la Cour de cassation” (conflit intérêt) or ce juge avait censuré plusieurs dizaines de sites web en voulant fermer un seul site (via fermeture du serveur hébergeur). Qu’en est-il de la nomination de M. Imbert-Quaretta?

Pour finir, un simple lien vers cet article de Lepoint.fr HADOPI – Quel impact juridique pour les entreprises ?. Questions / réponses avec Antoine Chéron, avocat aux barreaux de Paris et de Bruxelles.

~

Je conclu enfin (ce fut long ^^) par ce superbe concoure de La Quadrature du Net: TXT
Grand Jeu-concours d’emails HADOPI !
Principe:
Le/la premier(e) utilisateur/trice recevant un courrier électronique en provenance de l’HADOPI, sera (après authentification du courrier) déclaré(e) vainqueur.
Et… Des cadeaux!
* Un magnifique “Pi-shirt” estampillé du logo de La Quadrature du Net ;
* Un exemplaire du considérant 12 de la décision 2009-580 du Conseil Constitutionnel, censurant l’HADOPI 1 et liant libertés d’expression à accès au Net, sorti d’une presse à imprimer du XIXè siècle ;
* Une IP de la société de police privée du Net Trident Media Guard ;
* Un coup à boire sur Paris ou ailleurs ;
* Une suggestion de réponse à l’HADOPI.

Grand Jeu HADOPI image

Bon courage à tous 😉 !

~

Voilà, j’espère ne pas voir de news HADOPI ce week-end, j’ai de l’ACTA et du LOPPSI sur la planche ^^

image

HADOPI, des news et encore des news

•2010/09/22 • 1 Comment

[tweetmeme source=”journalduhack” only_single=false]

Et oui, à chaque jour son lot de news HADOPI. Parfois drôles, souvent navrante, les voilà en vrac…

~

HADOPI joue sur la “com’ “

… La député UMP pro-censure de la presse se félicite de la “victoire de la HADOPI” (autorisation de rire: accordée)

Mais BlueTouff résumé la situation mieux que personne; et là on voie que notre chère député joue vraiment sur la com’, et oublie une grande partie des faits comme:
-l’impossibilité de “sécuriser notre ligne” (aucune définition de cette action, aucun outils, méthode protocole).
-impossibilité de contester une accusation de la HADOPI, ou de prouver sa non culpabilité.
-pas d’offre légale assez avantageuse alternative au piratage.

En parlant d’offre légal, catre musique jeune revient… Très critiqué sur le machin appelé Waka, elle pourrait finalement voir le jour. Mais soyons réalise:
-la musique est gratuite sur spotify / deezer si on est des gros crevards.
-la musique est gratuite sur The Pirate Bay si on est un très gros crevards.

Alors dans de telles circonstance, quelle peut être l’efficacité d’un truc qui permet d’acheter de la musique?

~

Et un site web bien pourris, un!

La HADOPI a en effet besoin d’un site vers lequel diriger les heureux internautes avertis; Le site ne sera volontairement pas blindé contre les attaques Dénis de Service (DDoS) pour raisons d’économie (une fois les salaires versés, une journée d’identification d’IP payé, il ne doit plus rester assez). Étonnant une telle porte ouverte, une telle provocation, invitation à l’attaque DDoS, non? (bien assumé, limite revendiquée)

PlugnGeek met en garde contre la tentation d’attaque le serveur du site HADOPI en DDoS. Ce serait en effet tentant mais dangereux de suivre l’exemple des attaques DDoS organisées sur 4Chan contre la RIAA et MPAA (sur Numerama pour les non anglophones). Pourquoi? Bien ce serait donner des arguments et une crédibilité auprès du public non avertis. Enfin allez lire ce billet de Skalp sur PlugnGeek bien argumenté. Ne tombons pas dans le piège de vouloir pourrir ce site…

…Car franchement, le site de la HADOPI à déjà très mauvaise réputation, pas la peine d’en rajouter. Capture de prise d’ICI

Ha lala, ça ne vaut pas SOS-HADOPI par LA

(merci a @apiadopi_Groupe pour le twitte très sympa ^^)

~

La loi de l’emmerdement Maximum

Et oui, c’est Numerama qui nous l’apprend, un FAI a décidé de transmettre les information relatives aux IP à identifier sous forme… Papier? Bien sur traiter le cas de ces 100 personnes “à la main” prend bien plus de temps que via informatique. Mais d’un coté, que dire aux FAI? Pour ça défense il fallait faire un protocole de transmission d’informations AVANT! Est-ce l’œuvre de Free qui ne digère pas l’obligation d’identifier chaque IP sous peine de 1500 euro d’amende par IP non traité? (l’État a annoncé ne pas vouloir payer les 8euro 50 de frais d’identification en plus). Je me demande si la HADOPI va jouer au plus malin.

~

HADOPI au JT de 18h45 de Canal plus!

Et oui… com’ com’ com’ com’… campagne de TERREURE!

Alors certes la parole HADOPI (via un spécialiste de la propriété intellectuelle) dit n’importe quoi (menace de un an de suspension du net, au lieux d’un mois). Mais partie une, un “pirate”… Lui “HADOPI? Même pas peur”, notre ami explique que grâce à son VPN à 4 euro par mois il n’a rien à craindre. Etonnant qu’une chaine appartenant au groupe Vivendi Universal, qui vend de la musique, produit des films via CanalPlus, et à SFR, le seul FAI pro-HADOPI (avec Orange) modère la peur théorique de la HADOPI de la sorte. Allez Benoits, t’as le profile pour ce job miracle!
vidéo ici, la HADOPI à partir de 15’08”

~

Bon… toutes ces news masquent le triste vote du rapport Gallo. Je pensais qu’écrire sur le sujet loul de la HADOPI m’aurait remonté le moral mais même pas… J’espère qu’ils vont se calmer car demain j’aimerais enfin faire un billet sur LOPPSI :s.

ACTA: adoption du rapport Gallo

•2010/09/22 • 2 Comments

[tweetmeme source=”journalduhack” only_single=false]

Chose illogique avec l’adoption de la déclaration écrite 12, le rapport Gallo a été voté aujourd’hui (mercredi 22 septembre 2010) à la mi-journée par 328 voix contre 245. Certes je ne suis pas futé, mais là un (gros) truc m’échappe: la déclaration 12 est un anti-Gallos, comment dire oui aux deux?

~

Faits: ce matin encore la Quadrature du Net tentait de mobiliser les citoyens Européens, pour prévenir leur députés Européens des danger de ce rapport. Ce texte hautement répressif porte atteinte aux libertés fondamentales des citoyens (liberté d’expressions, d’information, de communication), et à l’accès aux médicaments (point qui intéresse entre Médecin Sans Frontière autre).

L’ACTA, inévitablement, fini sa marche. Au mieux pour nous le texte suivra la démarche loufoque et burlesque de la HADOPI, (son pseudo-brouillon), au pire c’est la mort de l’internet neutre que nous connaissons, de principes démocratiques fondamentaux, et l’arrive possible d’un Big-Brother (mise en danger de la vie privée). Reste deux-trois truc à voter pour clôturer le monstre; c’est à nous d’être vigilent sur le sujet pour voir quelles seront nos libertés qui tomberont en premier, et si possible, encore tenter de nous défendre, d’alerter sur le sujet, d’informer les gens.

~

Bon que dire? Bien moi je ne peux rien vous apprendre de plus que ne le ferait les pros du domaine, les gus de la Quadrature du Net, dans le billet édite à cette triste occasion: Le rapport Gallo adopté : un coup en traitre pour les libertés des citoyens. Extrait (citation de Jérémie Zimmermann, porte parole de la dite Quadrature du Net):

Le rapport Gallo illustre la volonté des industries du divertissement d’imposer une police et une justice privées du copyright sur le Net. Ces dispositifs répressifs […] constitue[ent] une négation pure et simple des droits fondamentaux, tel que, à le droit à un procès équitable, la liberté de communication ou le respect de la vie privée. À ce jour, ils se sont aussi avérés être de véritables échecs politiques et techniques […] donner des pouvoirs d’investigation, de collecte de preuves ou de sanction à des acteurs privés n’est pas tolérables dans des démocraties respectueuses de l’état de droit

L’article se conclu sur: “La Quadrature du Net remercie chaleureusement tous les citoyens qui ont participé à cette campagne“. Et là j’ajoute:
C’est aussi et surtout à tout les citoyens de remercier la Quadrature du Net pour le combat qu’ils ont mené en notre nom.
Si un membre de la Quadrature du Net me lit, sachez que je vous remercie, et vous félicites pour vos actions menées pendant tout ce temps.

~

source image