LOPPSI a fait sa rentrée, que retenir?

Avertissement: LOPPSI est passé en V1 à l’assemblée et au Sénat. Elle retourne à l’assemblée le 29 septembre. Tout espoir est-il perdu?

~

LOPPSI? Kézako?

Alors, merci a Wikipedia de m’épargner de longues heures de recherches; Voici se qui en ressort (les citation de Wikipedia sont en italique):
*LOPPSI comme “Loi d’Orientation et de Programmation pour la Performance de la Sécurité Intérieure”
*But: “Le texte de loi comporte quarante-huit articles relatifs en particulier à la lutte contre la délinquance routière et la “cyber-pédopornographie” ou encore l’instauration d’un couvre-feu pour les mineurs. Il donne également de nouveaux pouvoirs à la police et prévoit d’en déléguer aux polices municipales et aux entreprises de sécurité privée.
*Risques / dérives vis-à-vis du Web (il y en a d’autres pour les autres domaines, mais ce blog est déjà assez bordélique comme ça):

Problèmes de sécurité liés au mouchard:
Le projet de loi n’explique pas ce que seront exactement les moyens techniques pour recueillir les données. Mais le FBI a déjà utilisé des programmes qui espionnent les frappes de touches, tel que Magic Lantern, utilisant les techniques des pirates informatiques pour l’installer dans l’ordinateur ciblé. L’utilisation de tels programmes pour ne pas être détectés nécessite la coopération des sociétés éditant les antivirus. Certains experts en sécurité11 redoutent que des pirates développent des programmes malicieux se faisant passer pour le logiciel du FBI.

Filtrage:
Selon La Quadrature du net, les dispositifs de filtrage portent une atteinte grave à la neutralité du réseau.
Toutes les technologies de filtrage sont inefficaces et facilement contournables.
Les moyens de lutter contre la pédopornographie existent déjà et sont principalement humains qui permettent d’ordonner le retrait des contenus et d’arrêter les individus qui les créent. Des accords internationaux de coopération entre services de police et de justice existent déjà pour faire retirer le contenu quel que soit le pays où sont localisés les serveurs.
Le filtrage des contenus sur Internet par voie administrative est la porte ouverte à des erreurs et à la censure, comme le démontrent les expériences catastrophiques en Finlande et en Australie. Le gouvernement australien a renoncé à un tel dispositif : 32% des sites filtrés étaient des contenus à caractère pédopornographique et les 68% restant comprenaient notamment des sites anti-filtrage et anti-censure.
Selon le rapport « Le commerce de la pédopornographie sur Internet de 2000 à 2010 », le filtrage favorisera les « professionnels de la distribution qui, eux, ont mis au point depuis longtemps des dispositifs technologiques et marketing parfaitement à l’abri [de ce] filtrage »:
« Au final, des sommes astronomiques vont être dépensées sans apporter l’ombre d’une solution au problème de la pédophilie. »

Pour plus d’infos sur les risques de la LOPPSI je vous renvoie sur la page consacré sur le site de la Quadrature du Net aux ancres filtrage du web et neutralité du net.

~

Partie I: pendant les vacances

Bien, quand le loup n’est pas là, on en parle peu.
Analyse des amendements 3, 4, et 16 chez PC Inpact.

Amendement 3: “alourdir les peines encourues pour certains délits prévus par le code de la propriété intellectuelle lorsqu’ils sont commis sur Internet en leur appliquant le régime des délits commis en bande organisée
Amendement 4: “c’est une autorité administrative qui sera chargée d’ordonner le blocage des sites présentant un caractère « manifestement » pédopornographique, non un juge.” (autant dire que le risque de dérives et important).
Amendement 16: faciliter l’installation de la vidéo-surveillance (j’ajoute que la vidéo-surveillance est un marché lucratif pour quelques boites, mais que la constatation de baisse de délinquance (but affiché de la vidéo-surveillance) est un point de vu relatif).

Extrait audio très intéressant sur France Inter:
Déjà le choix des mots, pour transformer “vidéo-surveillance” en “vidéo-protection” (cf la rubrique de PostCarbonne ici)
Ensuite, le fait que le filtrage serait inefficace et dangereux: facile à contourner, illusion de résoudre le problème de la pédopornographie en le passant sous silence. Et risque de bloquer des centaines de sites légitimes / innocents en voulant bloquer un site pédopornographique.
Enfin le croisement des fichiers de police, sachant que certains ne sont pas fiables.

Dernier lien vers cet article de PC INpact La Loppsi au Sénat le 7 septembre, le filtrage toujours en question

~

Partie II: La rentrée à l’assemblée…

Mise en bouche avec Le Sénat se penche sur la Loppsi 2, hétéroclite fourre-tout législatif de Le Monde.fr qui revient (et critique) l’ensemble de la loi et avec La LOPPSI discutée au Sénat : les articles à suivre de PC INpact plus centré sur le blocage des téléphones mobiles, les mouchards policiers (art. 23), le filtrage des sites à caractère manifestement pédopornographique (art. 4), le délit d’usurpation d’identité (art. 2) et le fichier d’analyse sérielle (art. 10). On note aussi dans cet article que blocage de sites caractère manifestement pédopornographique et sites illégaux de musique sont deux concepts pas très lointains selon certains. C’est vrai que légiférer sur la revente des billet de concert entre les cameras de surveillance et les mouchards il faut le faire.

Les blogueurs se penchent sur le sujet, BlueTouff, sensible au filtrage (de surcroit sans intervention d’un juge), en vient “presque à espérer que la LOPPSI passe dans sa version la plus hardcore pour assister à la boucherie de la mise en application“.
S’en suit Owni.fr avec La LOPPSI Kiffe Grave Les Nouvelles Technologies. Analyse des outils de la LOPPSI et leurs coûts. Extrait:

Au total, ce sont donc au moins quelques 631 millions d’euros qui seront investis, dans les cinq prochaines années, en technologies et équipements de contrôle, de surveillance et de maintien de l’ordre. “Au moins” parce que [...] on ne sait pas non plus encore combien coûteront les caméras de vidéosurveillance imposées par les préfets dans les mairies récalcitrantes, pas plus que le filtrage de l’internet, l’allongement de la durée des écoutes téléphoniques, les mouchards informatiques, etc“. (j’ajoute: il y a des gouvernements qui ne connaissent pas la crise; pour fiancer ça je pense qu’il faut la retraite à 80 ans direct).

Retour aux débat parlementaire et à plusieurs amendements du gouvernement écartés en commission… Mais ces deux amendements non voté ne touche pas le web (ils étaient relatif aux “violences aggravées” et la “comparution immédiate pour les mineurs délinquants sans passer par le juge des enfants”)

Alors que le ministre de l’intérieur ne manque pas de choisir les mauvais exemples pour le filtrage, l’Expresse publie: “Loppsi 2: “Les dictateurs en ont rêvé, Sarkozy l’a fait”“. Dommage que les JT de 20h n’aient pas ouvert leur show sur cette phrase.

Extrait du site Loppsi.fr (portail temps-réel de l’actualité politique Française sur ce sujet)
Pour limiter l’espace de liberté qu’est Internet, il faut contrôler. Mais comment arriver à réduire à néant un espace de liberté sans avoir de contestation? C’est tout simple, grâce aux pédophiles“.

~

Partie III: … et au sénat

Triste jour bis pour notre démocratie: le filtrage sans contrôle judiciaire adopté au Sénat le 8 septembre, et l’intégralité du texte le 13 septembre. Il repassera cependant à l’assemblée pour valider les nouvelles dispositions (ping pong démocratique louable, mais qui sera malheureusement sans surprise). Se sera le 29 septembre. Encore un débat sur le filtrage du web:

Extrait LOPPSI Version 1 à l’assemblée nationale: “le juge donne son accord (ou non) au blocage des sites pédopornographiques
Extrait LOPPSI Version 1 au sénat: “l’autorité administrative fait bloquer les sites manifestement pédopornographiques. L’autorité administrative peut saisir le juge pour faire bloquer les sites qui n’ont pas ce caractère manifeste
(autant dire un gros risque de censure, parmi nos sénateurs qui ont tous plus de 30 ans, peu doivent avoir internet, ou comprendre son fonctionnement)

Ce problème inquiet le député Lionel Tardy, seul espoir qu’il nous reste. Il s’était bien battu face à HADOPI, mais en vain.

En plus des blogs, des sites spécialisé, c’est aussi Reporters Sans Frontières qui critique vivement ce filtrage du net. En effet selon eux, filtrer “n’aura aucun effet sur la source du problème“.

Enfin, un (une) sénatrice a conscience du danger mais a apparemment du mal à faire passer le message. Pour en savoir plus lisez la Sénatrice Virginie Klès: “le blocage est inefficace et dangereux” sur Owni (interview).

~

Je conclurais ce billet sur ceci: internet et un écosystème qui s’auto régule très bien tout seul. Tout ce que les politiques feront à son encontre déséquilibrerait cet écosystème et les conséquences seraient lourde pour tout les internautes.
Et message aux politiques: si j’avais envie de me faire fliquer et me faire violer ma vie privée, je la déballerais sur FaceBook. Ce n’est pas le cas alors fichez-moi la paix.

image

About these ads

~ by so0n on 2010/09/26.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

 
Follow

Get every new post delivered to your Inbox.

%d bloggers like this: